PORTAIL DES FRANCO-POLONAIS DES HAUTS-DE-FRANCE
"

Patrimoine

Eglises, stèles & monuments

Culture
Promotion de la culture polonaise

Tradition & Modernité

Préserver, Transmettre, Découvrir, Partager

Mur anti-migrants en Pologne

30/01/2022
Mur anti-migrants en Pologne

   La crise migratoire et humanitaire à la frontière polono-biélorusse dure depuis cinq mois. Suite à cette crise orchestrée par le président biélorusse Alexandre Loukachenko à la frontière entre son pays et la Pologne, Varsovie a, comme vous le savez, décidé d’ériger un mur anti-migrants qui reposera sur quelque 50 000 poteaux en acier surmonté d'une bobine de barbelés de 50 cm.

   Le 25 janvier, les Polonais ont donc commencé la construction de ce mur de 5,5 m de haut, qui longera la frontière polono-biélorusse sur 186 km. Sa construction devrait durer jusqu’en juin et devrait coûter plus de 350 millions d'euros. Cet investissement sera réalisé simultanément sur quatre tronçons, 24h/24, par trois entreprises. Des militaires et des policiers sécuriseront évidemment les lieux de travaux.

   Ce mur aura bien entendu des interruptions : les cours d'eau et les marécages. Là où les conditions le permettront, il sera doté d’un système électronique de détection de mouvement. Sinon, les lieux seront protégés par des patrouilles de gardes-frontières ou des véhicules d'observation, comme c'était le cas jusqu'à présent.

   Un problème va se poser pour traverser la forêt primaire intacte de Białowieża. Le Parc national de Bialowieża a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1979 et reste un bien irremplaçable pour la conservation de la biodiversité. On y trouve la plus grande population de bisons d’Europe, l’espèce emblématique du bien. Certains craignent que l'UNESCO ne tire des conséquences de la dévastation de la forêt de Białowieża ! Une bande de 2,7 km est concernée par la construction du mur. En grande partie, cette bande comporte une route et n'est généralement pas boisée. Cependant, des arbres devront probablement être abattus, mais combien exactement ? Un tel éventuel abattage devra se faire en concertation avec le parc national de Białowieża et le ministère de la protection de l'environnement. Les gardes-frontières ont assuré de leur côté que 22 passages seraient créés pour permettre la migration des animaux.

   Environ 15 000 militaires polonais sont stationnés en permanence dans la zone frontalière. Ils devraient être présents au moins jusqu’à la fin des travaux de construction du mur. Ils sont soutenus par une sous-unité du génie britannique et par des militaires estoniens.

   Bien que l'hiver ait un impact sur le nombre de franchissements de la frontière, selon les organisations humanitaires et les habitants de Podlasie, il y a encore des personnes avec des enfants dans les forêts qui ont besoin d'aide, même si actuellement la plupart des immigrés illégaux sont des jeunes hommes. Quoique la majeure partie de ses immigrés se trouve en bonne santé, certaines personnes souffrent cependant d’engelures ou sont malades. De plus, elles craignent toujours d’être expulsées vers leur pays d’origine.

   Depuis le début de cette année, on observe beaucoup moins de migrants à la frontière polono-biélorusse que l’automne dernier mais désormais on constate l’arrivée de migrants venant de nouveaux pays, contrairement à l’an dernier où ils étaient plutôt originaires d’Irak et de Syrie : Cameroun, Congo, Côte d'Ivoire, Cuba, Égypte, Ghana, Irak, Liban, Syrie, Tadjikistan et Yémen ! La majeure partie des immigrants arrêtés disent que depuis leur pays d'origine, ils s’étaient envolés pour la Russie, avaient traversé légalement la Biélorussie et de là étaient illégalement entrés en Pologne. En moyenne, environ 20 personnes par semaine sont expulsées de Pologne par des lignes aériennes régulières vers leur pays d'origine. Il faut savoir toutefois que jusqu'en décembre, dans le plus grand hôpital de Hajnówka, ville située près de Białowieża, étaient hospitalisées environ 240 personnes amenées là directement de la zone frontière.

   Il semblerait aussi que les groupes qui forcent depuis quelque temps le passage de la frontière se montrent plus agressifs, plus déterminés et mieux préparés. Certains passent la frontière non seulement par voie terrestre, mais aussi par les cours d’eau. De plus, les services biélorusses se montrent plus actifs, multipliant les actes de provocation.

   La garde-frontière signale avoir enregistré cette année 954 tentatives de passage vers la Pologne. Les personnes arrêtées disent aux gardes que les services biélorusses les amènent, entre autres, depuis le centre logistique de Bruzgi où devraient séjourner encore 700 personnes, dont 250 enfants ! Ces personnes qui traversent les frontières ne sont pas installées dans les forêts, mais sont donc transportées directement en voiture jusqu'à la frontière.

   Depuis août dernier, la police a arrêté 352 passeurs. Sur les cinq derniers arrêtés, deux étaient Ukrainiens, un Polonais, un Turc et un Indien !

   À signaler : le samedi 29 janvier, devant le poste de contrôle de la police à Białowieża, une protestation d’habitants des villes frontalières, de militants et de personnes qui ne sont pas indifférentes au sort des réfugiés et qui ne sont pas d'accord avec la politique frontalière du gouvernement.

Ce site utilise des cookies permettant de visualiser des contenus, d'afficher des flux d'informations provenant des réseaux sociaux et d'améliorer le fonctionnement grâce aux statistiques de navigation. Si vous cliquez sur « Accepter », nous déposerons des cookies sur votre terminal lors de votre navigation. Si vous cliquez sur « Refuser », ces cookies ne seront pas déposés. Votre choix est conservé pendant 6 mois et vous pouvez être informé et modifier vos préférences à tout moment sur la page « Gérer les cookies ».
Gérer les cookies